Road Trip

Road Trip Cuba

Nous arrivons à La Havane sous la pluie, le voyage commence bien !

Pourtant si cette première soirée est un peu grise, et morose à cause de la météo, nous allons vite nous rendre compte à travers ce Road Trip de 17 jours que Cuba est un pays joyeux, coloré et terriblement accueillant.

Malheureusement, après un vol interminable (bien que direct et avec Air France), il faut encore passer la douane, et là, autant vous dire qu’il faut vraiment prendre son mal en patience.
En effet, pour prendre une photo, et avoir un petit tampon sur son passeport, comptez entre 1h30 et 2h d’attente !

Ça y est, nous sommes enfin sortis de l’aéroport, les vacances vont pouvoir commencer !
Parfait, nous apercevons notre chauffeur de taxi (que nous avons réservé par le biais de notre première « casa ») qui nous attend avec sa petite pancarte.
Comptez 25 CUC et 30 min pour rejoindre la vieille ville de La Havane (Habana Vieja).

Attention, à noter qu’au retour, pour quitter Cuba, il faudra prévoir 25 CUC par personne pour s’acquitter des frais d’aéroport qui ne sont pas compris.
Je vous conseille vivement de prévoir cette somme en liquide, et non pas de vous dire que vous pourrez la retirer avec votre CB.
Nous avons vu un touriste anglais coincé sur le territoire car sa carte bancaire ne passait pas et il n’avait pas les 25 CUC demandés.

Toujours au retour, prévoyez du temps, comptez bien 3h pour embarquer dans l’avion.
La file d’attente pour s’enregistrer et déposer ses bagages est absolument record, ce qui, je l’avoue, me faisait un peu stresser.
Pour le coup, le personnel de l’aéroport ne l’est pas le moins du monde.
Ils ont l’habitude, « ça passe toujours » comme ils m’ont dit !

Carte

Itinéraire

Jour 1 & 2

Visite de La Havane

Nous ferons donc 1 jour et demi à La Havane dès notre arrivée, et nous reviendrons pour 2 jours à la fin du voyage avant de repartir pour Paris.

Jour 3

Changement de programme, le 3ème jour commence de manière un peu chaotique.
Il s’avère que nous avions prévu à l’origine de partir pour Santa Clara, mais la compagnie de bus Viazul a supprimé le trajet.
Impossible de se rendre à Santa Clara par cette voie.
Nous ne nous avouons pas vaincus et nous décidons de voir pour prendre un taxi collectif (4 personnes dans un taxi pour 20 CUC par personne).
Super ! la veille à la gare centrale de la Havane, un taxi nous confirme qu’il passera nous prendre à 9h le lendemain matin à notre casa.

A 9h, nous voici prêts, avec nos sacs bouclés, et nous attendons le taxi … en vain.
Il ne s’est jamais pointé ! Du coup, nous retournons à la gare (10 CUC) pour prendre un bus direction Cienfuegos, la prochaine étape du voyage.

Nous arrivons donc à Cienfuegos 4h30 plus tard.

Cienfuegos à Cuba

Cette charmante station balnéaire est une étape agréable avant d’arriver à Trinidad, et nous profitons de cet après-midi pour faire une balade à pieds dans la ville, depuis la pointe « la puenta » jusqu’à la place José Marti.

Tout au sud de la ville, à la pointe, un charmant parc très bien entretenu permet de se reposer en appréciant la vue panoramique sur la baie.

Petit parc à Cienfuegos

Au centre ville, la Plaza José Marti est sublime, surtout lorsque nous la découvrons au soleil couchant qui met en valeur les belles couleurs des façades rénovées.
Nous ferons une halte rafraichissante où nous gouterons le meilleur jus de citron pressé du voyage, à El Palatino, qui borde la superbe place (1,50 CUC)

Bar El Palatino à Cienfuegos à Cuba

Globalement, Cienfuegos est une ville à l’architecture intéressante grâce aux nombreux palais appartenant anciennement aux riches colons espagnols et qui sont aujourd’hui pour la plupart transformés en hôtels.

Palais à Cienfuegos

Beau Palais à Cienfuegos à Cuba

Pour cette nuit passée à Cienfuegos, nous nous arrêterons à la Casa Vista Del Mar, qui comme son nom l’indique possède une petite plage privée avec des hamacs, bref un vrai petit coin de paradis que nous apprécions lors de l’excellent petit-déjeuner.
Dommage que les chambres soient un peu vieillottes et sombres et que l’isolation phonique soit pas terrible.

Casa Vista Del Mar à Cienfuegos

Jour 4 & 5

Départ à 13h10 pour Trinidad, que nous rejoignons 1h20 plus tard.

Les rues de Trinidad

Jour 6

Nous décidons d’écumer les agences de voyage de Trinidad pour réserver quelques jours à la plage.
On nous propose Cayo Coco, une ile paradisiaque au nord de Cuba, dans un hôtel grand luxe, pour 4 jours.

Après un peu moins de 4h de taxi, nous arrivons donc à Cayo Coco, sous le coup d’une tempête tropicale (T Storm, comme ils disent). Quelle chance !

Tstorm à Cayo Coco à Cuba

Jour 7, 8 & 9

Ce deuxième jour sur l’île est un peu plus agréable, la tempête commence à baisser en intensité, et nous pouvons sortir de l’hôtel.

Nous allons donc à la Playa Pilar, qui est très réputée dans les environs.
Je ne sais pas si c’est à cause de la tempête mais nous la trouvons pas exceptionnelle.
C’est joli, mais elle n’est pas entretenue et beaucoup d’algues recouvrent le sable.
En tous cas pour vous y rendre, il faut prendre un bus navette (5CUC) qui fait le tour de tous les hôtels et qui 1h30 plus tard arrive à la plage !
Bref, c’est long.

Playa Pilar à Cayo Coco

Avant de partir, n’oubliez pas de demander un bracelet à l’accueil de l’hôtel qui permet de profiter du Sol Guillermo sur l’autre île sans frais.

Jour 10

Dans la nuit de notre 9ème jour, nous rejoignons en taxi la gare de bus de Ciego de Avila pour 60 CUC en 1h30 afin de prendre un bus de nuit pour Santiago de Cuba, au bout du pays, à l’Est.
Après un périple de 8h30, nous arrivons à 7h du matin à Santiago.

Jour 11

Visite de Santiago de Cuba

Jour 12

Visite de Baracoa

Jour 13

Depuis la France, nous avions réservé un vol interne de Baracoa vers La Havane.
Pratique, si vous changez d’avis, vous pouvez annuler votre vol sans frais, donc n’hésitez pas à le réserver longtemps à l’avance, car c’est un vol qui est très vite complet, et il n y en a que deux par semaine !

Après 2h de retard (on commence à être habitué par la ponctualité cubaine somme toute relative !), nous courons pour sauter dans un taxi, et « Sami Nacéri » nous permet d’arriver à temps à la gare de bus pour notre trajet en Viazul vers Vinales.

Journée un peu marathon, nous sommes ravis d’arriver enfin à Vinales.

Jour 14 & 15

Visite de Vinales

Jour 16

Notre tour du pays touche presque à sa fin, puisque c’est l’heure du retour à La Havane.
Nous arrivons en fin de matinée et profitons de ces 2 derniers jours pour visiter encore quelques endroits et acheter nos souvenirs, enfin pour ne pas dire du Rhum !

Jour 17

Plus que quelques heures à La Havane, ça y est, il est 17h quand nous prenons le taxi pour rejoindre l’aéroport José Marti.
Notre vol est à 20h30, mais il nous faudra bien les 3h de battement pour s’enregistrer et prendre l’avion.

Pratique

Transports

Bus Viazul

Attention, à noter que depuis l’été 2014, il n’est plus possible d’acheter les billets de bus dans la ville, dans les hôtels ou dans les agences de voyage.
Nous les avons tous faits, et ils nous tous répondus, qu »il fallait obligatoirement se rendre à la gare de bus Viazul pour les acheter, ce qui est vraiment contraignant.
N’attendez pas, car les bus sont rapidement complets !

Bus Viazul

Location de voiture

Pour louer une voiture, si vous ne l’avez pas réservée depuis la France, c’est presque mission impossible.
Nous avons rencontré un couple de slovènes qui a fait toutes les agences de location, et plus aucune voiture n’était disponible !

Les petits tracas de la location de voiture :

– A Cuba, les routes sont en très mauvais état avec de nombreux nids de poules, du coup il n’est pas rare, de crever, ou d’abîmer son véhicule !

– De plus, il n y a pas beaucoup d’indications, les panneaux claires de direction ne sont pas légion donc il faudra compter le temps de se perdre un peu dans le paysage cubain !

– Dans certaines villes, comme La Havane, Trinidad ou Santiago de Cuba, si vous voulez retrouver votre véhicule dans le même état que vous l’avez laissé en vous garant pour la nuit, vous devrez souvent vous acquittez de « frais de gardiennage » à la population locale environnante !

Monnaie

A Cuba, la monnaie est un véritable casse tête ! Pour faire simple, il y en a deux en circulation (rien que ça !):

– Le CUC surnommé la monnaie des touristes, est la monnaie avec laquelle on paye toutes les choses liées à  l’activité touristique, l’hébergement, les restaurants, les activités, le transport…
On ne peut actuellement pas changer cette monnaie depuis la France, il faudra attendre d’arriver à l’aéroport de la Havane pour pouvoir le faire.
1 CUC = 1 dollar US

– Le Peso cubain, qui est la monnaie locale, utilisée par les cubains.
Vous pouvez échanger un peu de cette monnaie, si vous souhaitez manger dans des stands de rues par exemple, où là vous pourrez payer en pesos.
Elle peut également être utilisée pour les pourboires dans les restaurants, ou des musiciens, que vous allez croiser en nombre sur votre trajet.
1 CUC = 30 pesos

Peso Cubain

Hébergement

Il y a deux types d’hébergement à Cuba:

– L’hôtel: relativement cher, nous n’avons opté pour ce type d’hébergement qu’à Cayo Coco, où nous avions pris une formule « all inclusive » dans un grand hôtel.

– La Casa Particulare: l’équivalent de notre chambre d’hôte, ou du Bed & Breakfast, est une chambre chez l’habitant.
Durant notre Road Trip, nous avons en grande majorité logé dans des casas.
On est toujours bien accueillis, elles sont généralement bien situées, et surtout l’offre est très conséquente ! C’est un mode d’hébergement très développé à Cuba et surtout très réglementé, et très taxé par le gouvernement.

Cela explique en grande partie le véritable harcèlement qu’on subi lorsqu’on arrive dans une ville, de la part des propriétaires de casa.
Ceux-ci ont des taxes importantes fixes quelque soit le taux d’occupation de leur logement.

Que vous parliez espagnol ou pas, on arrive toujours à se faire comprendre, et personnellement, on a adoré ce temps passé chez les cubains.
En moyenne une nuit en casa coute entre 20 et 30 CUC et le petit-déjeuner 5 CUC.

Casa Cubaine

Internet

La fonctionnalité WIFI de votre téléphone sera absolument inutile à Cuba, et plus généralement, l’utilisation d’internet sur l’île est extrêmement compliquée et restreinte.

Il faudra se rendre dans des boutiques spécialisées Etecsa, où quelques ordinateurs sont mis à disposition pour naviguer sur internet ou bien dans les grands hôtels.

Pour les locaux, pour utiliser internet, il faut pouvoir justifier le besoin, c’est pourquoi généralement les seuls utilisateurs sont les personnes ayant une activité professionnelle liée au tourisme, mais leur navigation est extrêmement contrôlée et limitée aux seuls sites en rapport.

Pour les étrangers, il faudra montrer patte blanche, en présentant son passeport pour avoir le droit d’acheter une carte d’unité de temps de navigation.
Et là, ça chiffre vite, comptez environ 4,5 CUC pour 1h de connexion (même si ça diminue au fil des années car il y a encore quelques temps c’était entre 6 et 20 CUC pour 1h !)

Formalités administratives

Depuis la France, il vous faudra un passeport bien sûr mais également une carte de tourisme.

Attention, vous devrez vous procurer cette carte de tourisme avant d’arriver sur le territoire cubain.
Vous pouvez l’obtenir auprès du consulat, ou par le biais d’un agence spécialisée moyennant des frais un peu plus élevées.

Nous sommes passés par Novelacuba pour acheter ce précieux sésame.
Comptez 27€  (+1€ pour l’envoi) et en 2 jours c’est réglé, vous recevez votre carte chez vous.
Bref pour le côté ultra simplifié et rapide je recommande vivement cette agence (www.novelacuba.com)

Arrivés à Cuba, lors du passage de la douane, les agents prennent une partie de la carte et vous laisse la deuxième que vous devrez présenter au retour.

Bien sur, il a fallu que je perde ce petit bout de papier « volant » en chemin !
Bon, dans ce cas, inutile de stresser, et de courir à un bureau d’immigration, qui ne pourra rien faire pour vous. A l’aéroport de la Havane au retour, je me suis présentée au comptoir d’Air France qui m’a fait remplir un formulaire et que j’ai du remettre lors du passage de la douane.
Aucun problème, aucun frais supplémentaire, bref inutile de paniquer comme j’ai pu le faire durant tout le voyage en pensant me retrouver dans une geôle cubaine, pour avoir perdu le bout de papier !!

Climat

Vie locale

Produits de nécessité

Les cubains sont soumis au rationnement qui explique la pauvreté qui les touche, surtout sur des produits de la vie quotidienne.
Par exemple, ils manquent cruellement de savon, ou plus généralement de produits d’hygiène, du parfum… donc n’hésitez pas à faire le plein avant de partir.
Il n’est pas rare de croiser un cubain qui vous aborde, et vous demande ce genre de produits.

A la rencontre des cubains

Sinon, beaucoup de choses manquent également, si vous pouvez apporter du matériel scolaire (crayons et cahier), vous pourrez entrer dans les écoles pour les distribuer (attention à en prendre suffisamment pour que tous les enfants d’une classe puisse avoir quelque chose).

Je n’y avais pas pensé, mais j’ai croisé beaucoup d’enfants qui me demandait si on avait des bonbons.
A Cuba, les enfants n’en ont pas, donc quelques paquets de bonbons feront des heureux.

Vieilles voitures américaines

Cuba est connu dans le monde entier pour ses vieilles voitures américaines et les propriétaires en prennent grand soin !
Elles sont vraiment magnifiques et considérées comme un trésor local.
Ceci s’explique par l’emprisonnement de Cuba dans un embargo qui dure depuis plus de 50 ans !
Importer une voiture de l’étranger est d’une part extrêmement difficile mais coute une fortune.
Un habitant nous expliquait qu’une vieille 406 d’une quinzaine d’années lui a couté 30 000€ ! Quand on sait que le salaire moyen à Cuba est de 20 CUC par mois, on comprend mieux pourquoi peu de cubain ont une voiture, et ceux qui possèdent une vieille voiture américaine, la bichonne comme un bébé !

Les voitures américaine à Cuba

Les voitures américaines à Cuba

Violence et liberté

Autre particularité à Cuba, il y a très peu de violence.
C’est un pays totalement sûr ! Le seul désagrément que l’on peut avoir c’est le harcèlement des propriétaires de casa et les petites arnaques de vente de Rhum et de Cigares dans la rue.
Retenez donc une chose, ne suivez pas un cubain dans la rue qui souhaiterait vous vendre quoique soit !

Cette absence de violence est une très bonne chose mais d’un autre côté, cela révèle un état policier très important et une absence totale de liberté d’expression.
On croise d’ailleurs constamment des « Comité de la Défense de la Révolution » appelé CDR qui sont composés de citoyens volontaires, chargés de surveiller et de dénoncer tous comportements en inadéquation avec les idées du gouvernement.

Ce système basé sur la délation emprisonne les cubains dans un état de non droit dénué de liberté et favorisant une propagande omniprésente.

La Propagande Cubaine

Coût

Au total, ce voyage de 17 jours à Cuba nous aura couté environ 4500€ pour 2 personnes.

  • Billets d’avion:  Vols internationaux 2300€ + Vol interne 300€ = 2600€
  • Transport Bus Viazul: 180 CUC
  • Taxis = 300 CUC (dont 130 CUC pour aller à Cayo Coco)

Pour les repas, comptez environ une moyenne de 20 CUC par repas à deux, et 10 CUC pour le PDJ, donc pour 16 jours pleins, cela fait une moyenne de 800 CUC au total (même si au vue de certains petits déjeuners gargantuesques, nous mangions rarement le midi)

Enfin pour l’hébergement, nous avons payé une moyenne de 25 CUC par nuit + 370 CUC pour notre moment détente à Cayo Coco, ce qui fait un total de 650 CUC au total.

Géolocalisation
Répondre
  1. Mongellaz 11 février 2017 Répondre

    Bonjour,

    Je vais partir à Cuba et l’idée d’apporter des crayons ou cahiers pour les élèves me tente. Pourriez me donner une idée du nombre d’élèves par classe.

    Merci pour votre site, vos remarques sur Cuba .
    Sylvie

    • Thierry 13 février 2017 Répondre

      Bonjour Sylvie,

      On ne sait pas vraiment et cela dépend beaucoup de la ville et de l’école.
      Nous pensons qu’il y a entre 20 et 25 élèves par classe.

      Bon voyage !
      Thierry

Laisser un commentaire